Séance 1 : Aux origines du mouvement collaboratif, la culture hacker

Date : Vendredi 13 octobre 2017 , de 9h à 12h

Lieu : La Fabrique des Territoires Innovants, 7, square Max Hymans 75015 Paris

Intervenante : Camille Bosqué (Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne)

Description : Pour cette première séance, nous nous interrogerons sur les origines du mouvement collaboratif. Quelles en sont les valeurs? Comment la collaboration s’exprime-t-elle dans les fablabs et est-elle transposable dans d’autres contextes? Camille Bosqué présentera ses travaux de recherche au cœur des FabLabs, hackerspaces et makerspaces. Nous discuterons également autour de trois ouvrages (voir bibliographie).

Compte-Rendu:

« Aux origines du mouvement collaboratif »

Camille Bosqué est docteure en Esthétique et Design. Ses recherches se font par le design, qui d’un modèle est devenu une partie intégrante de sa méthodologie. Au cours de ses recherches, elle s’est intéressée aux fablabs, nés au MIT dans les années 2000s et maintenant présents aux quatre coins de la planète. De Stockholm à Dakar, Camille Bosqué s’interroge : qui vient dans ces lieux ? pourquoi ? quelles en sont l’organisation et les limites ?

Son travail de thèse, ambitieux, était également un pari méthodologique. Lors de son premier terrain au FacLab de Gennvilliers, la devise « participer, partager, documenter » est venue mettre en défaut l’une des méthodologies classiques d’enquête, l’observation. Comment alors observer des personnes qui en croient qu’en le « fais-le toi-même » ? Camille Bosqué a trouvé une réponse par le dessin, devenu un outil d’observation et d’analyse, lui permettant de faire de l’observation-participante au sein de ces espaces. Ses dessins aux multiples perspectives décrivent les objets tant que les personnes, la façon dont les humains se rassemblent autour des machines, l’organisation de l’espace.

Camille Bosqué propose une approche par le « design diffus », qui permet de donner à voir des espaces hors des projets classiques. Chaque personne peut ainsi s’approprier un plan, l’améliorer et le repartager.

Les fablabs, diversités et convergences

Une des questions abordées lors de notre séance est celle de l’organisation sociale et économique des Fablabs, aussi diverse que le nombre de lieux, et les tensions que ces préoccupations peuvent soulever. Si certains comme Noisebridge, haut lieu de la « do-octratie » (Lallement 2015) se revendiquent de principes anarchiques, d’autres espaces plus récents sont créés à l’initiatives des pouvoirs publics. En sont-ils moins subversifs ? Les fablabs d’entreprise par exemple ne sont pas des lieux ouverts au public mais peuvent remettre en question les façons de faire dans les grandes entreprises. Les travaux sociologiques sur les tiers lieux sont lus par des DRH, qui à travers des Fablab d’entreprise tentent d’apporter de la transversalité.

Nous avons également interrogé les parallèles et les différences de fonctionnement et d’utilisation des Fablabs, notamment dans leurs rapports à la charte commune (L’Ethique des Hackers (Levy 2011)) au marché et à la standardisation. Si les valeurs sont les mêmes, elles sont réinterprétées et appliquées différemment dans chaque lieu. Il en est de même pour les objets présents dans les différents fablabs. Ces espaces ne vivent pas en autarcie et les machines présentes répondent à des enjeux différents. Si dans certaines villes les imprimantes 3D servent à fabriquer de nouveaux objets, dans d’autres leur intérêt principal est de pouvoir fabriquer des pièces pour réparer d’autres machines d’artisans.

Que peuvent nous apporter les machines des fablabs ? Comme pour la photographie (Benjamin 1939), les machines des fablabs doivent s’émanciper des formes de production précédentes afin de développer leur potentiel créatif. Cela implique d’imaginer d’autres scénarios de production et de fabrication, des questionnements au cœur des préoccupations des makers (Bosqué et Pavillard 2016).

Nouveaux défis pour le « faire » ensemble : « sortir les fablabs des fablabs »

Cette utilisation différenciée des fablabs nous a rappelé que si l’injonction à la participation et au partage fait sens pour les makers, elle peut être déstabilisante pour d’autres publics (et les chercheur.se.). Le faire peut être perçu comme un « passe-temps », un luxe, et la collaboration à l’intérieur de ces espaces peut finir par avoir lieu entre personnes aux caractéristiques socioéconomiques fortement similaires. L’importance est données au collectif, mais les parcours individuels qui ont amené les habitant.e.s de ces lieux à s’y retrouver diffèrent peu.

Les tiers lieux ne sont pas uniquement des lieux de vie où se fabriquent des choses, mais aussi des communautés. Qui pousse la porte des fablabs, et peut donc devenir membre de ces communautés ? Afin de créer de la collaboration, certains tiers lieux sont développés dans des quartiers populaires, mais cela suffit-il à créer des liens entre les makers et les habitant.e.s ? Ne deviennent-ils pas des espaces de gentrification ? Comment faire pour qu’une diversité de personnes s’intéresse à ces lieux ?  Nous nous sommes demandé.e.s comment ces communautés pouvaient rester innovantes si elles ne sont pas accessibles à tou.te.s. Les nouveaux projets de fablabs intègrent des espaces/jardins partagés, des ateliers de couture, qui permettent de diversifier les profils des makers. Les fablabs doivent être des lieux où s’allient le faire et le penser.

Pistes de recherche sur le collaboratif

Ce séminaire interroge les frontières entre coopération et collaboration. Nous sommes revenu.e.s sur l’étymologie de ces mots : travailler ensemble (collaborer) d’un côté, et de l’autre être co-auteur.e.s d’une œuvre commune, sans forcément faire les mêmes choses (coopérer). Les communautés de makers nous ont orienté.e.s vers la coopération, où un collectif surgit d’efforts individuels. Cependant, nous avons insisté pour rappeler que le collaboratif implique à la fois de l’ascendant et du descendant, et que le « top-down » ne signifiait pas forcément un manque de collaboration. Nous interrogerons cette collaboration institutionnalisée dans le cadre de la mobilisation des habitant.e.s dans des projets urbains (séance 4).

Dans ces lieux auto-régulés, la tension entre ascendant et descendant mène à inventer de nouveaux outils de recherche, comme la recherche-action et le design.  Faire travailler les usager.e.s des lieux permet de créer du collectif  pour que ce soit collectif.

Durant cette séance nous avons également réfléchi autour de l’ouvrage de Monique Dagnaud (2016), et notamment sur les conséquences d’internet sur l’organisation entre individus. Les premiers hackers et makers travaillaient sans internet (Levy 2013) et l’arrivée d’internet a révolutionné les pratiques. D’après Dagnaud, internet permet une « réciprocité créatrice », qui encourage les individus à participer à des projets collectifs et influence positivement le vivre ensemble. De nouvelles communautés se créent, et la communauté devient une valeur recherchée. C’est une réflexion que nous poursuivrons dans la suite du séminaire.

Bibliographie :

Alter, Norbert, La force de la différence. Itinéraires de patrons atypiques, Paris, PUF, 2012, 276 p.

Benjamin, Walter, 2013 (1939), L’Œuvre d’art à l’époque de sa reproductibilité technique, Paris, Payot

Bosqué, Camille, L. Ricard 2015 FabLabs, etc. Les nouveaux lieux de fabrication numérique, Paris, Eyrolles

Bosqué, Camille, A. Pavillard 2016 Fais-le toi-même, web documentaire, en ligne sur Arte Creative

Dagnaud, Monique 2016 Le modèle californien. Comment l’esprit collaboratif change le monde, Paris : Odile Jacob, 208 p.

Lallement, Michel 2015 L’âge du faire : Hacking, travail, anarchie, Paris : Seuil, 441 p.

Levy, Steve 2013 L’éthique des hackers, Paris : GLOBE, 516 p.

Taussig, Michael, 2011, I swear I saw this: drawings in fieldwork notebooks, namely my own, Chicago: Univ. Press, 173 pp


fti

La Fabrique des Territoires Innovants est le Do tank de l'ESS spécialiste de la collaboration. Par la combinaison de méthodes interdisciplinaires au sein de notre équipe, nous accompagnons les projets et organisations souhaitant placer la collaboration et l'innovation sociale au coeur de la démarche.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.