Séance 8 : Les pratiques coopératives et collaboratives, productrices de communs ?

Intervenantes 

  • Julie Lequin (La Fabrique des territoires Innovants, UMR CNRS ESO-Rennes/Agrocampus Ouest).

Un cas d’étude : La société coopérative d’intérêt collectif ( SCIC) Solibio ;

L’objet de cette intervention est de discuter des tensions autour de la gestion collective de ce bien en détaillant dans quelle mesure coopérations et collaborations sont productrices de communs.

Cas d’étude

La société coopérative d’intérêt collectif SOLIBIO est un projet multi parties-prenantes (producteur.trice.s, grossistes, boulangers, salarié.e.s, etc.) de filière en agriculture biologique en Alsace. Elle a été créée en 2007 avec pour objectif de mettre en place une marque pour toutes les producteurs.trice.s et opérateurs.trices. d’agriculture biologique alsaciens. Elle est en lien avec une association d’insertion qui transforme et conditionne des produits biologiques pour la restauration collective.

La logique de développement de Solibio implique une juste rémunération de ses sociétaires, notamment des producteurs bio alsaciens, ainsi que des personnels en réinsertion travaillant au conditionnement et à la transformation des produits.

Spécificités et tensions

La singularité de cette organisation est d’être une des premières SCIC dans l’agro-alimentaire et de retrouver producteurs et grossistes dans la même gouvernance.

Cependant, des tensions sont apparues autour de la gestion du commun et plus précisément le bien agricole et alimentaire qui est une ressource gérée collectivement.

La première tension se traduit par des effets de concurrence. En effet, les producteurs continuent d’approvisionner d’autres clients que la SCIC (vente directe ou autres intermédiaires historiques) et les grossistes ne voient pas forcément la valeur ajoutée de la SCIC et continuent à commercialiser à part.

La seconde tension est une « régulation autonome qui s’est mise en place ». Des producteurs ont commencé à poser leurs propres règles de vente. Le troisième grossiste (Les 2 premiers ont quitté la SCIC) à mis en place un contrat de non-concurrence obligeant le grossiste à passer par la SCIC pour les contrats de produits biologiques. L’intérêt pour le grossiste n’est pas forcément financier mais pour une image de marque territoriale.

Gouvernance

Le pouvoir comme ressource géré collectivement est en construction, Il y a plusieurs niveaux d’analyse. L’héritage repose sur la création d’une marque de tous les producteurs et productrices  bios alsaciens comme un “point de passage obligé”. Il y a un questionnement qui ressort pour viser à rechercher, à faire émerger un bien commun à toutes les parties concernées. La communauté associée à la gestion de ce bien commun est bien celle des producteurs.

Ce point de passage obligé est reconnu par défaut pour les autres parties prenantes car elles estiment que ce sont les producteurs.trices. qui en portent la responsabilité. La considération de voir Solibio comme leur structure fait défaut auprès des autres parties prenantes même s’ils font parti de la SCIC.  L’appropriation en bien commun est ainsi questionné dans la mesure où il n’y a pas la capacité ou la volonté de s’impliquer plus.

De part l’ensemble des éléments évoqués, on retrouve des tensions ente les décisions salariales et les décisions du conseil d’administration avec des injonctions contradictoires.

Niveaux décisionnels

Trois niveaux doivent coexister et s’intriquer. Le niveau opérationnel, le niveau du choix du collectif et le niveau constitutionnel. En fonction de l’ensemble de ces niveaux, se pose un certain nombre de questionnements.

Il y a la question de la responsabilité : Qui prend les décisions ? Qui a les compétences pour prendre les décisions ? Qui choisit les orientations ?

Il y a la question de l’appropriation commune du projet : Existe-t-il une communauté de valeurs ?

 

Ses références :

Lanciano Émilie, Poisson Marie et Saleilles Séverine, « Comment articuler projets individuel, collectif et de territoire ? Le cas d’un collectif de transformation et commercialisation en circuits courts », Gestion 2000, 2016, vol. 33, no 2, p. 75.

Le Velly, Ronan, 2017. Comment étudier les systèmes alimentaires alternatifs ? In : LE VELLY, Ronan, Sociologie des systèmes alimentaires alternatifs : une promesse de différence. Paris : Mines Paris Tech. pp. p. 15‑41.

Vitry Chloé, Chia Eduardo, « Contextualisation d’un instrument et apprentissages pour l’action collective », Management & Avenir, 2016/1 (N° 83), p. 121-141. DOI : 10.3917/mav.083.0121. URL : https://www-cairn-info.inshs.bib.cnrs.fr/revue-management-et-avenir-2016-1-page-121.htm

Hajar El Harmouni – Sciences de gestion – entre idéal et réalisation, peut-on produire du commun en fonctionnant sur un modèle pragmatique ? Terrain La Louve

La méthodologie mise en place sur ce travail repose sur une approche ethnographique en tant que membre du supermarché La Louve.

Cas d’étude :

Le supermarché La Louve d’une superficie de 1450 m2 a ouvert en phase test en novembre 2017. Il est composé aujourd’hui de 6 000 membres.

La promesse de ce supermarché coopératif est basée sur « une démocratisation de la qualité ». Aucune charte n’a été signée et on se base sur les compétences des personnes à qui l’ont fait confiance. C’est une approche voulue sans vision dogmatique.

Les membres doivent s’acquitter d’un travail bénévole de trois heures toutes les quatre semaines.

Spécificités :

La forme de cette coopérative est similaire à une coopérative de consommation, qui avait été monté historiquement pour permettre aux ouvriers d’avoir accès à des produits moins chers (Exemple de la Belleviloise).

Ce mode de coopérative a une volonté de proposer des produits moins chers et de qualité à un public différent (éduqué, responsable de ces actes, catégorie socio-professionnelle élevée, etc.).

L’organisation du travail est dirigée par un comité de pilotage de sept personnes. Trois personnes sont dans la vision politique à donner à cette initiative et quatre autres sont plutôt dans la gestion administrative et financière.

Hajar qualifie l’organisation de la Louve comme « un pragmatisme au service d’une utopie ». Il y a une prescription des tâches, une hiérarchie verticale de fait qui n’est pas formalisée dans un organigramme. On se réfère à un pilote/coordonnateur qui se réfère au conseil d’administration. Chaque membre fait une tâche qui lui est assignée (il y a des groupes de travail (informatique, juriste, gestion, etc.). Les personnes se servent et utilisent leurs compétences qu’elles maitrisent dans leur travail salarié. Plus l’implication est dans le supermarché est grande, plus les personnes accèdent à des missions importantes.

Il y a un référentiel pour le travail salarié avec une assignation d’efficacité et de valorisation des tâches. Le travail est comme un signe de récompense de l’engagement et un travail bénévole porté par l’assignation d’efficacité.

Les bénévoles sont globalement qualifiés. A leur inscription, ils remplissent un questionnaire précisant leur compétence afin qu’en cas de besoin, on puisse faire appel à eux. Les coopérateurs qui n’auraient pas de compétences spécifiques sont simplement membres pendant les assemblées. C’est un mini « pôle emploi » interne sous la forme de groupe « participation des membres ». Sa mission est d’aider ceux et celles qui le souhaitent. Le turn-over est important car on assiste à un épuisement des bénévoles au démarrage.

Gouvernance

Concernant le mode de gouvernance, il y a un comité de coordination qui a plusieurs fonctions : A savoir :

  • Communiquer sur le projet, recruter les membres, animer le collectif.
  • Choisir les produits, mettre en place le fonctionnement de l’épicerie provisoire, aménager les locaux, faciliter les mobilités et optimiser l’empreinte écologique.
  • Mettre en place les structures juridiques, coordonner les projets.

On retrouve un comité où l’ordre du jour est de remonter les besoins des membres (par mail ou papier), qui doivent être préparées en amont (, mail, newsletter, etc.) et discutées avec les membres du comité. Un membre doit attendre six mois pour voir sa demande traitée. Exemple de demande : Pour intégrer la Louve il faut acheter six parts, ou on peut bénéficier d’aides si minima sociaux

Concernant l’assemblée générale, le vote se fait à main levée et il y a peu de débat.

Ses références :

Lallement M. (2015), L’âge du faire. Hacking, travail, anarchie, Paris, Seuil, coll. La couleur des idées, 446 pages.

Gide C. (1924), Les Sociétés Coopératives de consommation, Librairie de la société du recueil Sirey, 4ème édition, Paris.

El Karmouni H. et Prévot Carpentier M. (2016), « La primauté de la dimension pratique et l’idéal coopératif dans une organisation contemporaine : le cas de la coopérative de La Louve », RECMA, 2/2016, (n°340), p. 78-92.

 

 


fti

La Fabrique des Territoires Innovants est le Do tank de l'ESS spécialiste de la collaboration. Par la combinaison de méthodes interdisciplinaires au sein de notre équipe, nous accompagnons les projets et organisations souhaitant placer la collaboration et l'innovation sociale au coeur de la démarche.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.