Séance 7 : Les recherches-actions : agir sur les freins de la collaboration

Date : Vendredi 13 avril 2018 , de 9h à 12h

Lieu : Ressourcerie Culturelle Solidaire « La table des matières » – 51, rue de l’Abbé Carton 75014 Paris

Intervenantes :

  • Anne Gillet (LISE-CNAM) ;
  • Anne Jacquelin (La Fabrique des Territoires Innovants, CNRS-GTM).

Description :

La collaboration n’est pas innée, elle ne se décrète pas. L’exercice n’est pas moins difficile pour les chercheur·se·s. Qu’en est-il des projets de recherche-action ou de recherche partenariale ? Cette séance vise à explorer les différentes modalités de recherche qui sortent du champ académique. Il s’agira de parler des processus, des méthodes, de l’organisation du travail mais également des postures adoptées par le chercheur et la chercheuse de métier, mais également des possibilités d’impliquer les parties prenantes dans la recherche.

Recherche-action : agir sur les freins de la collaboration

Présentation Anne Gillet : recherche partenariale

Anne Gillet a fait une thèse en CIFRE, ce qui l’a amenée à développer un intérêt pour la recherche collaborative. Elle a coconstruit son objet de recherche pour être en interaction avec les parties prenantes tout du long du processus. Cette expérience a donné lieu à un ouvrage collectif sur la recherche collaborative et sur les outils théoriques pour analyser le processus de recherche et en faire un objet de recherche.

 

Cette recherche partenariale et collaborative représente la rencontre entre chercheur·se·s, praticien·ne·s et acteur·rice·s de la société civile. Elle indique que la collaboration a commencé avec l’élaboration de l’objet de recherche pour être ensuite présente tout le long du processus de recherche.

Après avoir distingué les différents types de recherche (recherche académique, recherche-action qui transforme le monde social et recherche intervention) elle précise que la recherche collaborative et partenariale respecte les canons de la recherche scientifique et permet des apports de connaissances de terrain.

C’est une aventure collective issue de trois années de séminaires sur les programmes de recherche pour l’analyse des pratiques de recherche. Il y avait vingt chercheur·se·s permanent·e·s et des occasionnel·le·s. La grille d’analyse de ce type de recherche était basée sur les champs de la recherche clinique, la sociologie de l’action et de la traduction. Ce processus de recherche permet une co-construction d’une dynamique de recherche et la coproduction des connaissances par la conjugaison des savoirs d’acteur·rice·s divers·ses.

En France, ce type de recherche est peu pratiqué (le dispositif CIFRE) à la différence du Québec où il est fréquent (exemple du dispositif ARUC qui permet de développer de la collaboration entre la science et la société).

La recherche partenariale et collaborative pose la question relative à la hiérarchie des savoirs :

Est-ce que seul.e.s les chercheur.se.s savent et que la société civile ne sait rien ?

Il s’agit en l’espèce, de concevoir le rapport entre sciences et société. Le·la chercheur·se n’est pas au-dessus de la société mais au même niveau et favorise l’interaction et le travail collectif.

Depuis 2013, la loi relative à l’enseignement de la recherche favorise les interactions entre sciences et société. Par exemple, ATD Quart Monde développe une recherche avec l’idée de faire participer les personnes en situation de précarité : la mise en pratique des savoirs des chercheur·se·s est au même niveau que celles des usager·ère·s. On trouve une ouverture vers le collaboratif et le participatif.

La recherche partenariale et collaborative permet un apport pluridisciplinaire et parfois certains objets de recherche nécessitent plusieurs disciplines pour cerner les solutions adéquates. Ce type de recherche facilite l’accès au terrain, aux personnes et favorise des échanges multiples qui vont permettre d’alimenter les réflexions du chercheur·se.

On observe différents  processus autour de la recherche collaborative : un processus de collaboration, coopération entre partenaires ; un processus de reconnaissance et d’acceptation de l’altérité ; un processus de co-construction et de développement conjoint ; un processus de traduction. L’ensemble de ce processus nécessite un temps long indispensable pour la co-construction. Il faut avoir envie de collaborer mais il faut aussi apprendre à travailler ensemble et établir des liens de confiance et de compréhension. C’est un processus continu d’apprentissage collectif.

Cette démarche nécessite un ensemble de valeurs à cristalliser : partage, échange, communication, acceptation de l’altérité, démocratie. On retrouve une vision politique dans laquelle est démontrée que la société civile est aussi porteuse d’enjeux, de demandes, de constats qui doivent être pris en compte par les chercheur·se·s.

Ce type de recherche nécessite de se poser des questions de fond et d’essayer d’y répondre :

  • Quels sont les raisons et les objectifs pour lesquels la recherche a été mise en place ? Quels sont le fonctionnement et le cadre de cette recherche ?
  • Quels sont les enjeux du partenariat, les défis à tenir ?
  • Quels sont les rôles de chacun·e et le décalage des statuts, fonctions et des intérêts ?
  • Quelles sont les conditions du déroulement de la recherche ?
  • Types de connaissances produites : co-construction et comment ?
  • Quelles conséquences de la recherche partenariale ? Repérer les effets de développement de compétences
  • Quelle diffusion des connaissances produites ?
  • Comment valoriser ce type de recherche ?

Anne Gillet relève les compétences qui sont nécessaires dans ce type de démarche : pour le·la chercheur·se, il y a la question des valeurs et la capacité à communiquer, à négocier, à analyser une situation de travail, de gestion de projet et de travailler avec tous types d’acteur·rice·s.

Les acteur·rice·s sociaux doivent être ouvert·e·s à la recherche et développer leur capacité stratégique institutionnelle de négociation.

Ce type de recherche amène des questionnements pour les chercheur·se·s : il y a la question de la temporalité de la recherche ; comment les acteur·rice·s intègrent ces connaissances ? Quelle légitimité ont-ils·elles pour ce type de recherche ? Ce processus génère des tensions et le temps de négociation est déterminant pour une bonne mise en pratique.

Afin d’approfondir le sujet de la recherche collaborative, il est nécessaire d’utiliser des apports issus de l’analyse stratégique des organisations (Bourgeois et Gillet). Dans l’approche de la sociologie des organisations (notamment les concepts de l’ASO), on peut voir des enjeux spécifiques à chaque situation étudiée qui est un système spécifique.

Au cours d’une recherche collaborative, il peut y avoir des tensions (autour de la définition de quelque chose, de la méthodologie…). La sociologie des organisations permet de penser les processus de coopération par l’analyse des jeux de pouvoirs et des stratégies. Les différents acteur·rice·s n’ont pas tou·te·s le même pouvoir dans le processus d’une recherche partenariale.

Les interactions permettent de négocier, de construire des accords. L’exemple du CIFRE est pertinent au départ si l’objet est précis, il peut y avoir des évolutions de la recherche et donc une renégociation entre les partenaires est nécessaire.

La coopération se construit et la sociologie des organisations adopte souvent une démarche inductive qui est similaire à la recherche collaborative. Elle apporte une valeur pragmatique dans son analyse par un apport productif pour le système étudié. Elle intègre une dimension de changement sous la forme d’un « pari d’apprentissage » pour les chercheur·se·s et les acteur·rices sociaux·ales.

Un autre apport de la sociologie de la traduction (Audoux, Gillet)  aide à la compréhension. Dans le processus d’un partenariat de recherche, il y a différentes identités, différents métiers et différents intérêts qui nécessitent une traduction entre les parties prenantes.

Pour conclure, Anne Gillet indique que des acteur·rice·s tiers sont possibles pour faciliter les échanges entre parties prenantes.

 

Présentation Anne Jacquelin : le cas Etireo

Le  cas Etireo est un partenariat avec deux structures facilité par la Fabrique des Territoires Innovants : Soliver (insertion des personnes en situation de handicap) et Siel Bleu (applications) avec une volonté de s’associer pour un projet en commun. Ce partenariat commence avec l’ organisation d’un voyage d’étude pour rencontrer les équipes des deux structures, l’invitation de la MGEN qui accepte de financer le projet et le dépôt de projet à la BPI qui sera accepté en 2016.

Le projet est axé sur l’amélioration du cadre de travail en raison de troubles musculo squelettiques liés à l’activité (TMS) avec une volonté de  pratiquer des échauffements avant la prise de poste et de pérenniser ces pratiques avec des relais informatiques. Plusieurs organisations sont engagées sur ce projet : Simply, la MGEN, Safran et Tierkoft ainsi que des partenaires scientifiques : la Fabrique des Territoires Innovants, l’ONAPS (Observatoire sur l’activité physique et la sédentarité) et Open Law (données et numérique).

Intervention de la FTI avec une présentation du projet aux managers, DG, SST ; un diagnostic relevant de nos observations avec les recommandations qui nous semblaient adéquates.

Dans un premier temps, des coachs sportif·ve·s sont venu·e·s sur le lieu de travail pour faire une séance de sport et identifier des relais à former. Dans un second temps, les coachs reviennent mais ce sont les relais qui font la séance. Dans un troisième temps, les coachs se retirent. Pendant tout ce processus, il y a mise à disposition d’une application et d’un dispositif « kinect » qui vérifie si le geste exécuté est adéquat.

Dans la réalité du terrain, si le projet commence en septembre, on arrive à se mettre d’accord en avril.

Il y a un parti pris de la FTI pour dire que la collaboration n’est pas naturelle et de cette nécessité de faire de la recherche dessus pour l’outiller et la vendre. La méthode d’accompagnement est basée sur une rigueur juridique notamment sur la gestion des données personnelles (CNIL, consentement, anonymisation ); une évaluation :(est-ce que le projet de départ se réalise à la fin ?) ; une co-construction (la partie la plus conflictuelle). On retrouve la coordination facilitée par les chercheur·se·s et la « community organizer ». La valorisation est assurée par la dimension ouverte et la volonté de produire des livrables pour faire des retours aux parties prenantes. Sur le terrain il y a une mobilisation des entreprises et salarié·e·s pour répondre à des questionnaires et des appels hebdomadaires. À chaque phase on récupère des données qualitatives et quantitatives.

Le cadre théorique de cette recherche-action est multiple avec des travaux sur les données numériques, l’éducation populaire, l’action collective, le pouvoir d’agir et des travaux sur la recherche participative et les sciences citoyennes.

Les hypothèses posées pour le projet Etireo sont que ce programme a un impact positif sur le bien-être ; il permet une accessibilité au numérique pour des personnes en situation précaire et peut faciliter un collectif de travail et sa relation managériale. L’outil étant connecté dans le temps de travail, quelle défiance de la part des usager·ère·s par rapport à leurs données personnelles ? Qui les voient et les utilisent ?

Les difficultés rencontrées lors de cette recherche-action ont été nombreuses. Il y a eu un accès restreint aux données ressources humaines, des difficultés à faire passer et rendre accessibles les questionnaires (personnes en situation de handicap et illettrées) ce qui a nécessité leur mise en dessin. L’analyse des réponses a été difficile car les taux de participation ont été faibles (posés sur la base du volontariat).

Il y a eu des difficultés pour discuter avec les membres dirigeant·e·s et salarié·e·s des entreprises car l’esprit compétitif a pris le dessus. Malgré ces freins, de nombreux atouts sont apparus.

Dans ce dispositif avec plein d’hypothèses, nous nous sommes rendus compte que les parties prenantes étaient porteuses de réponses et que les chercheur·se·s sont garants d’une scientificité. Le vrai dialogue se fait sur le terrain, dans la réalité avec une mise en collectif des différentes équipes atour d’un service cohérent, la valorisation des apports du produit au regard des apports scientifiques, la légitimation de notre action et la production de données moins subjectives.

Concernant les résultats de l’évaluation Etireo, nous avons constaté qu’il n’y a pas eu d’impact sur le bien-être et un décalage entre les retours subjectifs et la réalité. L’impact en terme d’ambiance s’avère très subjectif à estimer, il n’y a pas d’usage de l’application numérique en raison de problème d’accessibilité.

Pour la relation managériale, Etireo ne favorise pas les baisses de tension même si les relais restent plus impliqués dans le travail suite à Etireo. Nous constatons également que la défiance face aux données numériques n’est pas marquée dans la mesure où il n’y a pas d’utilisation des données personnelles

Nous avons pu mesurer les causes de l’échec dans le dispositif car les acteur·rice·s sont issus d’organisations différentes et travailler ensemble signifie pouvoir remettre en question sa pratique professionnelle, ce qui n’a pas été accepté. Le numérique est utilisable que si un prescripteur humain le guide.

Afin de tirer un apprentissage sur la collaboration, il faut bien penser ses parties prenantes afin qu’elles soient pertinentes et compétentes. La projection idéalisée, au départ, avec les dirigeant·e·s n’a pas été dépassée.

Il advient de dépasser une transdisciplinarité à investiguer en créant un cadre de travail commun en plus des structures d’origine et identités différentes. Il faut expliciter ses valeurs, ses modes opératoires et ce besoin de formalisation permettrait d’organiser la matérialité du projet, des règles, des process, la question de la propriété intellectuelle, la répartition du capital, la traduction, etc.

C’est en valorisant les investissements collectifs, spécifiques et individuels : qui est garant·e et référent·e de quoi, compétence collective, besoin de temps pour ériger un genre professionnel

 

 

 

Bibliographie :

Anne Gillet, Diane-Gabrielle Tremblay, Les recherches partenariales et collaboratives, PUR & PUQ, 2017.

La Fabrique des Territoires Innovants, Bien communs, collaboration & coopération, Paris, 2018.

 


fti

La Fabrique des Territoires Innovants est le Do tank de l'ESS spécialiste de la collaboration. Par la combinaison de méthodes interdisciplinaires au sein de notre équipe, nous accompagnons les projets et organisations souhaitant placer la collaboration et l'innovation sociale au coeur de la démarche.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.