Séance 4 : Mises en perspectives 1/2 avec les champs participatifs et de l’éducation populaire. Empowerment, capacitation et participation

Date : Vendredi 12 janvier 2018 , de 9h à 12h

Lieu : La Fabrique des Territoires Innovants, 7, square Max Hymans 75015 Paris

Intervenant.e.s :

  • Khedidja Mamou (LAVUE/Lifam-Ensa Montpellier), « Pratiques collaboratives et alternatives urbaines »
  • Régis Cortéséro (chercheur indépendant), « Empowerment, travail de jeunesse et quartiers populaires : vers un nouveau paradigme ? »

Description :

Séance animée par Anne Jacquelin (La Fabrique des Territoires Innovants, CRESPPA-GTM) et Julie Lequin (La Fabrique des Territoires Innovants, Agrocampus Ouest).

Ces travaux sont le résultat d’une collaboration entre la SCIC La Fabrique des Territoires Innovants (La FTI et le LAVUE, UMR CNRS 7218, dans le cadre de la thèse CIFRE de Madame Aurélie Landon.


Intervention de Khedidja Mamou, sociologue et enseignante-chercheuse à l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Montpellier et laboratoire LAVUE :

Khedidja Mamou s’interroge sur les formes alternatives de la collaboration pour aller vers des alternatives urbaines. Elle met à profit ses compétences d’architecte au service d’une association qui s’est formalisée en 2012 : APPUII qui regroupe d’autres chercheur·se·s en urbanisme, sociologie, etc. ainsi que des étudiant·e·s, des habitant·e·s, des institutionnel·le·s. On parle de « collectif hybride », collectif car il n’est pas institué et mouvant. Au départ, il n’a pas de structure juridique, il se fabrique en continu.

L’APPUII, Alternative Pour des Projets Urbains Ici et à l’International

L’objectif de l’association est de venir en aide à des collectifs d’habitant·e·s concerné·e·s par des projets de transformations urbaines. L’association répond à des demandes formalisées et « appuie » les habitant·e·s sur des questions techniques liées à l’architecture, à l’urbain mais aussi sur des questions plus sociologiques (exemple : mener des enquêtes pour mesure l’adhésion des habitant·e·s dans des cas de relogements ou de démolitions).

L’association part du constat que, selon la façon dont est mené le projet urbain aujourd’hui en France, les quartiers paupérisés, défavorisés subissent les projets urbains et les transformations urbaines. Ces projets peuvent faire appel à de la concertation, terminologie institutionnelle, qui reste floue d’après Khedidja Mamou. Par ailleurs, c’est une injonction qui se déploie de façon très différente et plus ou moins sérieuse selon les territoires. Dans les quartiers populaires, la participation (elle préfère utiliser ce terme) se met difficilement en place car cela est souvent imposé de façon rigide. L’association APPUII intervient alors comme « court-circuiteur ». Il ne s’agit pas à l’inverse de construire un « contre-projet », sachant qu’un processus est déjà en œuvre, que des acteur·trice·s sont déjà engagé·e·s sur le territoire et que l’association n’est pas vouée à y rester.

Le programme de recherche PICRI (Partenariats Institutions Citoyens pour la Recherche et l’Innovation)

Un projet emblématique a fondé l’activité d’APPUII de 2008 à 2011 : le programme de recherche-action PICRI, principalement en Ile-de-France. L’objectif du projet était d’essayer de comprendre dans six quartiers comment les acteur·rice·s tentaient de coopérer dans le cadre d’activités de rénovations institutionnelles et non institutionnelles. Le programme associait chercheur·se·s, des praticien·ne·s, des citoyen·ne·s et des institutionnel·le·s.

En voici deux exemples marquants :

  • à l’issue de la recherche, il y a eu un échec dans une recherche-action aux Mureaux notamment du fait de l’incapacité des chercheurse·s et d’un partenaire associatif à coopérer (valeurs militantes inégalement appropriées) ;
  • à l’inverse la recherche-action à Vitry sur Seine a abouti, par l’obtention de financements et soutien de la ville, en travaillant avec des personnes autonomes, à la mobilisation du collectif d’habitante·s dans la vie politique et de leur quartier (voir film « apprendre à travailler ensemble »).

Un réseau, deux vocations

L’association intervient aussi bien à une échelle locale qu’à une échelle nationale, notamment par la création d’un réseau ayant deux vocations :

  • Rendre visible les travaux de transformations urbaines et des mécanismes d’implication et non-implication avec l’idée qu’il fallait inventer une nouvelle façon de regarder et raconter les processus. En effet, les chercheurse·s sont contraint·e·s par les espaces dans lesquels on peut publier et les façons dont il faut publier. Mais aussi pour toutes les autres personnes impliquées : c’est aussi aux associations, aux habitant·e·s de raconter l’histoire (« recherche par le bas ») ;
  • Fabriquer « quelque chose » (le quoi n’étant pas encore défini) d’autonome qui permette aux habitante·s de faire des demandes en lien avec les projets urbains et à des structures de proposer leur soutien et appui, tout cela bénévolement. La question du bénévolat est très importante : c’est une particularité de l’action de l’association mais aussi une limite. Elle souhaite mettre en place un « réseau de compétences solidaires » qui permettrait donc, par un outil collaboratif en ligne, de mettre en lien demandes habitant·e·s-ressources.

Synthèse et ouverture

De nombreuses questions se posent pour l’association dans son travail d’accompagnement (par exemple son positionnement vis-à-vis de ces collectifs). Nous avons retenu quelques points saillants :

  • Khedidja Mamou a d’abord évoqué la notion d’urgence des situations qui interroge les capacités de collaborations/coopérations. Il y a là une forme de paradoxe : l’association répond dans des processus déjà engagés et souvent dans une forme d’urgence alors qu’elle souhaite fabriquer des alternatives qui elles-mêmes se fabriqueraient dans le temps ;
  • Les membres les plus actifve·s sont les enseignant·e·s-chercheur·se·s. C’est pourquoi, la dimension recherche a tendance à prendre le pas sur les autres modes de fonctionnement. Le « trop réflexif » peut ainsi être un problème dans les situations d’urgence et engendrer une lourdeur dans l’action ;
  • L’association a un réel besoin de compétences sur le juridique.

Intervention de Régis Cortesero, sociologue et chercheur indépendant.

Régis Cortesero mène des projets en partenariat avec plusieurs laboratoires de recherche. Ces six dernières années, il a été chargé d’étude à l’Institut national de la jeunesse et de l’éducation populaire (INJEP). Spécialisé dans domaines des renouvellements des pratiques d’éducation populaire, il s’intéresse aussi bien aux questions éducatives sur les pratiques formelles (dans le système scolaire) et informelles (dans les lieux d’éducation populaire et dans l’auto-formation).

Par son intervention en milieu professionnel, Régis Cortesero estime qu’il est nécessaire de travailler sur le lien entre les outils de montée en généralité et des « soucis concrets » en apportant, en plus d’un canevas conceptuel, des outils d’aide à la décision.

L’empowerment, une notion floue

Régis Cortesero revient sur la notion d’empowerment qui anime ses réflexions. Il applique le succès d’une telle notion ces dernières années par le fait qu’elle soit floue. Elle provoquerait un « consensus mou » du fait qu’elle reste assez large et englobante. Par exemple, tout le monde est d’accord sur le principe de développer le pouvoir d’agir mais personne n’est d’accord en détails. Le concept se trouve à l’interface entre les mouvements sociaux (féministes, Alinsky etc.) et l’action sociale. « La capacité des personnes et des communautés à exercer un contrôle sur la définition et la nature des changements qui les concernent » (Y. Le Bossé) : idée que les individus doivent produire des changements en leur faveur.

L’empowerment mélange un fait, le pouvoir, et un process sachant que le pouvoir reste le point central. On peut retrouver l’idée de pouvoir d’agir chez Spinoza, l’effort « par lequel chacun vise une affirmation de soi qui lui soit propre ». On retrouve l’idée affirmation d’émancipation et d’accomplissement ce qu’on est contrairement.

Résultat d’une étude de terrain dans des centres sociaux

Régis Cortesero a ensuite présenté les résultats d’une enquête comparative menée pour le compte de la Caisse nationale des allocations familiales (CNAF) en 2011 et 2012 sur six centres sociaux. L’étude visait à interroger les dispositifs de pouvoir d’agir mis en place dans ces centres. Les résultats de l’enquête montrent qu’un seul centre développe un projet et des pratiques s’approchant des pratiques du community organizing :

  • au niveau de l’individuation (rendre aux personnes leur capacité d’agir sur elles-mêmes) ;
  • au niveau politique (renforcer l’emprise des personnes sur leur environnement social et politique).

Par ailleurs, l’enquête souhaitait situer ces logiques par rapport aux autres logiques d’actions des centres sociaux. Régis Cortesero s’appuie sur quatre types de référentiels pour réaliser son analyse comparative :

(Source : Régis Cortesero)

Les résultats montrent que la « figure » du lien social est la plus représentée. Elle est issue d’un couplage de la logique de la cohésion sociale et celle de l’individuation. Dans cette configuration, c’est l’individu qui est au centre.

Les centres sociaux sont plutôt dans une logique de promotion du lien social, antagonique avec une logique de capacitation. La capacitation se situe entre l’individuation et le conflit. Or, la figure du conflit a une importance dans l’exercice de la démocratie (cf. Mouffe, 2000, référence des mouvements sociaux néo-populistes). Toutefois, il persiste une forme d’aversion au conflit car un contre-pouvoir fait toujours peur. Il y a un travail de déconstruction à faire. Ainsi, les centres sociaux s’inscrivent à un niveau très institutionnel et cela, pour plusieurs raisons : mode de financement (pas de contre-pouvoir possible face à la tutelle gouvernementale), prédominance d’une version pacifiée de la relation sociale (s’interroger sur la définition de la cohésion sociale et aversion à la figure de communauté/communautaire), manque de compétences techniques (aller vers une science des moyens et non des fins).

Premier point de discussion : empowerment/capacitation VS éducation populaire : la question des fins et des moyens

Deux mouvements emblématiques sont mis souvent en dialogue : celui de l’éducation populaire et celui de l’empowerment. Par exemple, l’association APPUII a fait le choix de ne pas s’inscrire pas dans la lignée de l’éducation populaire, notamment parce qu’elle estime qu’elle n’est pas très bien connotée dans les territoires avec lesquels elle travaille. L’association veut à ce titre se démarquer de l’éducation populaire et se reconnaît plus dans les terminologies récentes telles que l’empowerment, la capacitation, le pouvoir d’agir, etc. mais qui restent toutefois des termes très flous et sans historicité, comme le précise Khedidja Mamou.

Régis Cortesero précise que l’empowerment, la capacitation ou encore le pouvoir d’agir introduisent des changements de paradigmes à plusieurs titres. Tout d’abord, lorsqu’on travaille avec des professionnel·le·s sur ces notions, cela renverse leur vision de leur métier. En effet, on ne part plus de la focale que la défaillance se situe au niveau des individus mais en regardant le système dans lequel ils·elles sont pris·es. Ainsi, il ne s’agit plus de « soigner » les gens mais plutôt de soigner les rapports sociaux et transformer les relations asymétriques de pouvoir. Le changement de paradigme est ainsi double : on passe d’une lecture psychologique à sociale des problèmes et on cesse d’être prescripteur·trice·s des fins (Alinsky, 1976).

Sur ce dernier point, il est possible d’aller plus loin. La visée des fins est très liée à l’action sociale « classique ». Dans le cas des centres sociaux, formes d’hybridation du travail social et de l’animation, la·le professionnel·le est missionné·e pour incarner l’institution (Dubet, 2014) auprès d’un bénéficiaire qui en est éloigné. Tandis que la.le community organizer n’incarne justement pas l’institution. Elle.il incite les individus à se réunir et n’intervient pas sur les fins. Il s’agit d’un·e intermédiaire qui accompagne tout en ne définissant pas la réponse. Ceci inverse le rapport entre les fins et les moyens, ce qui peut poser problème pour un professeur·e ou un éducateur·rice qui incarne la finalité d’instituer la société et qui ne seraient plus dépositaires d’aucune vérité. La question se pose aussi pour les chercheur·se·s qui doivent s’autonomiser de l’institution. Regis Cortesero souligne l’idée qu’à l’inverse, les pratiques dites « non autoritaires » (par opposition à l’approche autoritaire de Paulo Freire), très à la mode justement dans le monde de l’entreprise aujourd’hui, présentent aussi des limites. Il met en garde contre la « pure auto-construction » car selon lui, la non-directivité sans projet politique revient à une forme de libéralisme.

Ces nouvelles formes d’agir souhaitent donner le moyen aux dominés de constituer un contre-pouvoir. Il faut que les have not (Alinsky) puisent agir fassent aux have, avec l’idée que les aspirations et compétences se construiront dans l’action. Il s’agit d’un intermédiaire qui accompagne mais qui ne définit pas la réponse.

Second point de discussion : quelles postures adopter ? Quels moyens déployer sur le terrain ?

Cette façon de voir l’action pose la question de la posture professionnelle. Khedidja Mamou se considère comme une « chercheuse engagée » quoiqu’elle fasse remarquer que ce terme est connoté. Son engament se retrouve justement par la recherche-action, en cherchant à comprendre les process et accompagner les transformations.

La question de l’engagement renvoie à la question du militantisme. La volonté première est bien d’autonomiser et donner du pouvoir dans un contexte de logiques de dominations structurelles. Le « militantisme » se retrouve, dans l’association APPUII, à la fois au niveau local par son appui aux collectifs d’habitant·e·s pour induire des transformations ainsi qu’à un niveau national par des actions de lobbying. Toutefois, l’association n’intervient pas si la volonté n’est pas un peu structurée, sauf dans le cas de « situations extrêmes » (situation intenable et l’association ne peut plus assumer position de retrait mais arrive peu souvent).

L’exemple du programme de recherche PICRI (Partenariats Institutions Citoyens pour la Recherche et l’Innovation) montre que la problématique de la confiance/méfiance est une constante. En effet, Khedidja Mamou revient sur l’exemple des politiques de rénovation urbaine pour illustrer son propos. Les deux premières décennies du 21e siècle sont marquées par des échecs successifs de ces politiques (première à partir de 2004, deuxième après les années 2010), notamment sur le fait de favoriser la mixité sociale et de désenclaver les quartiers (interprété comme le fait d’ouvrir physiquement ces lieux, ce qui s’est soldé par beaucoup de démolitions). Les projets de rénovation urbaine ont été pilotés par le haut, tout en se mettant en place localement, ce qui rend le processus très descendant. L’analyse des impacts des politiques met en évidence des effets pervers comme un renforcement de la non-mixité, un éloignement encore plus prononcé des habitant·e·s notamment du fait de l’augmentation des loyers (Lelévrier, 2010). Finalement, ce sont les plus pauvres qui subissent le plus les rénovations. Par ailleurs, ces grands projets provoquent une vraie incompréhension de la part des habitant·e·s (un sentiment de « déportation », d’abandon). Cela tend à cristalliser beaucoup de craintes des habitant·e·s de ces quartiers.

L’objectif « militant » est ainsi de libérer la parole par l’expression des représentations de chacun.e. Khedidja Mamou précise toutefois que si libérer la parole est effectivement capital, cette même parole doit être assumée. Il est parfois utile de la rendre publique, si le projet le permet. Il faut même parfois pousser les gens à rentrer dans le conflit. Cette mise en visibilité permet d’une part que tout le monde est le même niveau d’information et d’autre part de laisser des traces. Cela est d’autant plus important que bien souvent les habitant·e·s pensent qu’elles·ils sont les seul·e·s à être concerné·e·s par leurs problèmes. À ce titre, les meilleur·e·s militant·e·s d’une cause sont les habitant·e·s car ce sont elles·eux qui sont directement impacté·e·s. Le programme PICRI a choisi de formaliser ses recherches en partie par l’outil vidéo, moyen le plus simple de passer des messages selon Khedidja Mamou. La sociologue précise toutefois que dans certains cas, divulguer l’information peut mettre en péril l’action. Elle cherche à mettre en place un « SOS urbain » (forme de wiki).

Il existe d’ailleurs d’autres dispositifs, évoqués pendant la séance, qui permettent de favoriser un pouvoir d’agir :

  • Le diagnostic local (identifier avec les professionnelle·s concerné·e·s la configuration dans laquelle ces personnes se trouvent, comprendre les représentations et aider à trouver les marges de manœuvre possibles) ;
  • Ateliers des analyses de pratiques (mettre en travail les professionnelle·s concerné·e·s sur les déplacements de posture) ;
  • Formation-action (déconstruction des catégories avec lesquels les projets sont conçus).

La formation, co-formation, formation-action, a souvent été citée comme moyen d’intervention au cœur du processus d’empowerment. Dans le cas de l’association APPUII, la co-formation a été analysée comme centrale suite à l’expérience d’une étudiante qui s’est à la fois formée tout en animant une dynamique d’intervention. L’association pense que la collaboration se fabrique dans le co-formation. Elle expérimente l’idée qu’il faut recréer, par la formation, des relations de confiance de façon significative. Notamment parce que règnent des sentiments de méfiance/défiance entre les habitant·e·s et les bailleur·se·s, entre les habitant·e·s et les structures de l’action publique, entre les habitant·e·s entre elles·eux

L’association prend le parti de se concentrer aussi sur la co-formation des étudiant·e·s en les mettant sur le terrain. Le pouvoir d’agir passe par l’autonomisation en « sortant des murs » de l’école. Ainsi, les étudiant·e·s deviennent « socialement utiles » en se formant et s’auto-formant. Par ailleurs, cela transforme la fabrique de la ville par le fait de ne pas s’appuyer uniquement sur des personnes formatées.

Enfin, l’importance de créer des espaces pour rendre possible la libération de la parole a été soulignée. Les « agora démocratiques » permettraient de créer un espace public local, alternatif à l’espace municipal. Un des moyens de faire « exploser la bride mentale » des gens peut être de les amener à parler de leurs rêves (exemple : comment imaginez-vous votre quartier idéal ?)

Bibliographie

Alinksy S., 1976, « Manuel de l’animateur social : une action directe non violente », Editions du Seuil, 257 p. <http://www.boite-sans-projet.org/wp-content/uploads/2017/02/etre-radical-manuel-de-lanimateur-social-saul-alinsky.pdf>

Cortesero R., 2014, « Empowerment, travail de jeunesse et quartiers populaires : vers un nouveau paradigme ? », in Tellier T., « L’action publique au défi de l’empowerment (dossier) », Recherche sociale 209, pp.46-61.

Cortesero R., 2013, « Les centres sociaux entre participation et cohésion sociale », CNAF, coll. Dossier d’études, n°160.

Davidoff P., 1965, « Advocacy and Pluralism in Planning », Journal of the American Institute of Planners, vol. 31, no 4, p. 331-338

Dubet F., 2002, « Le déclin de l’institution », Éd. du Seuil, coll. L’épreuve des faits, Paris, 419 p.

Lelévrier C., 2010, « La mixité dans la rénovation urbaine : dispersion ou re-concentration ? », Espaces et sociétés, n° 140-141, p. 59-74. <https://www.cairn.info/revue-espaces-et-societes-2010-1-page-59.htm>

Le Bossé Y., 2003, « De l’ « habilitation » au « pouvoir d’agir » : vers une appréhension plus circonscrite de la notion d’empowerment », in Nouvelles pratiques sociales, Paris, vol.16, n°2, p.31-32.

Mamou, Khedidja, et Agnès Deboulet, 2015 « L’appui aux habitants : étape vers une nouvelle compétence citoyenne ? », EchoGéo 34 « https://echogeo.revues.org/14429 »

Mouffe, Chantal. The democratic paradox. Verso, 2000.

 

 


fti

La Fabrique des Territoires Innovants est le Do tank de l'ESS spécialiste de la collaboration. Par la combinaison de méthodes interdisciplinaires au sein de notre équipe, nous accompagnons les projets et organisations souhaitant placer la collaboration et l'innovation sociale au coeur de la démarche.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.