Séance 3 : Appréhender la collaboration par les pratiques 2/2. Collaborations et coopérations dans les territoires.

Date : Vendredi 8 décembre 2017 , de 9h à 12h

Lieu : La Fabrique des Territoires Innovants, 2e étage du 7, square Max Hymans 75015 Paris

Description : Quelles formes prennent les coordinations entre acteur·rice·s dans les territoires ? A partir d’exemples théoriques et empiriques, ainsi que d’éclairages conceptuels (participation, capacitation, travail institutionnel etc.), nous parlerons de l’élaboration de l’action collective territoriale : comment mobiliser ? Quels outils peuvent favoriser cette action collective ? etc.

Séance animée par Julie Lequin (La Fabrique des Territoires Innovants, ESO Rennes, Agrocampus Ouest)

Intervenantes :

  • Sophie Michel (EM Strasbourg, Université de Strasbourg), « Les transformations du système alimentaire sous le prisme du travail collaboratif : l’exemple de la distribution locale à Mulhouse » ;
  • Jacqueline Candau (Institut National de Recherche en Sciences et Technologies pour l’Environnement et l’Agriculture), « Action collective, participation, capacitation : que regarde-t-on avec chacune de ces notions ? ».

Compte-rendu :

On parle beaucoup des collectifs, mais comment les collectifs se mettent réellement en place ? Quels sont les processus en œuvre ?

Sophie Michel, enseignante-chercheuse à l’EM Strasbourg et docteure en sciences de gestion, s’intéresse au renouvellement des systèmes alimentaires de proximité en s’appuyant sur la théorie des organisations et le concept de travail institutionnel. Le travail institutionnel étudie les « efforts des individus et des acteurs collectifs pour affronter, persévérer, consolider, déstabiliser, démolir, s’immiscer dans, transformer et créer de nouveau les structures institutionnelles dans lesquelles ils vivent, travaillent, évoluent et qui leur confèrent rôles, relations, ressources et routines » (Lawrence, Suddaby, Leca, 2011: 54). Cet outil analytique permet de comprendre comment les acteurs se coordonnent dans le temps et quels sont les rapports de force qui sous-tendent leurs relations. En se focalisant sur les processus, il est particulièrement adapté à un objet d’étude qui prête encore à confusion (qu’entend-on réellement par « local » ?) et en construction.

Sophie Michel a présenté une recherche en cours : les mutations du système alimentaire à partir du travail institutionnel collectif avec comme terrain de recherche le Projet Alimentaire Territoire (PAT) de l’agglomération de Mulhouse. Le PAT est une démarche multi-acteur·trice·s ayant pour objectif de créer des synergies entre les projets et leur permettre de se multiplier pour que les citoyen·ne·s puissent se tourner vers ces formes d’alimentation. L’étude des collaborations et coopérations montre qu’en pratique cette démarche se construit par des allers-retours entre une diversité d’instances qu’elles soient institutionnelles, techniques ou plus opérationnelles.

Ses premières analyses montrent qu’une vraie gouvernance s’est structurée. Par ailleurs, les entretiens réalisés par la chercheuse mettent en évidence que s’est développée une adhésion collective à la vision de projet. Toutefois, Sophie Michel souligne les modalités qui fonctionnent moins bien : la valeur des validations dites collectives, l’opacité des liens et jeux de pouvoir ainsi que l’opacité du système de cooptation. Sur ce dernier point, une question reste ouverte : qui fait réellement partie du PAT dans la mesure où il n’existe pas de règles de légitimité ? Enfin, l’engagement à long terme des acteur·trice·s pose encore question. Si le nombre de participant·e·s augmente d’une plénière à l’autre, il ne s’agit pas toujours des mêmes personnes.

Jacqueline Candau, sociologue à l’IRSTEA, a choisi de revisiter trois notions phares de la sociologie politique (action collective, participation et capacitation) pour étudier les coordinations d’acteur·trice·s sur des territoires ruraux. Son propos s’est focalisé sur la mobilisation et l’engagement des acteur·trice·s : est-ce que dans les actions collectives et projets communs, le point de vue des acteur·trice·s concerné·e·s est pris en considération pour les construire et les élaborer ? De quelles façons est-il possible de mieux intégrer leurs points de vue ? Poser autrement, comment cela se fait que certaines personnes choisissent de participer à un mouvement collectif ? Elle prend ensuite l’exemple du cavalier seul : finalement un individu aurait intérêt à ne pas se mobiliser pour profiter du bien commun – ceci étant posé, comment ça se fait que des personnes rentrent dans un mouvement collectif ?

Jacqueline Candau met en avant trois grandes idées au travers de la présentation de ces trois concepts :

  • les décalages entre la visée opérationnelle des notions et leurs impacts effectifs (exemple : est-ce que la démocratie représente réellement un fonctionnement démocratique ?)
  • l’existence d’asymétries de pouvoir qui produisent des inégalités quant à l’accès aux espaces de décision ;
  • le besoin d’organisation symétrique des points de vue dans le but d’élaborer des projets communs.

L’action collective, conflictuelle ou non, est « une action commune ayant pour but d’atteindre des fins partagées » (Mann 1991). Jacqueline Candau précise qu’on peut distinguer plusieurs degrés d’action collective : celle où le partage de fins est « complet » et celle où il y a coopération entre acteur·trice·s mais dans lequel ces dernier·ère·s ne partagent pas forcément les mêmes objectifs. Elle distingue ce cas « d’ action ensemble » (Livet, 1997). En prenant l’exemple d’un dispositif de concertation issu de la PAC (Politique Agricole Commune) pour articuler environnement et agriculture, elle se demande si l’élaboration de l’action vise à produire réellement des fins partagées. En pratique, elle relève la difficulté de mobiliser les ressources matérielles et politiques comme légitimité et accès à l’espace de décision.

La participation, outil qui a une visée opérationnelle, s’inscrit dans un contexte socio-politique où le modèle démocratique doute de lui-même. Elle est définie comme « l’implication de citoyens ordinaires à la prise de décision publique » (Bacqué et Sintomer, 2011). Jacqueline Candau souligne les limites d’une telle catégorie d’action qui ne semble pas transformer les processus de décision. La participation tend à reproduire les inégalités d’accès à la décision publique et à l’espace public puisque dans certains cas, sa mise en place marginalise certains types d’acteur·trice·s ou encore parce que le pouvoir décisionnel accordé aux participant·e·s est très variable. Par ailleurs, elle met en garde sur une étude par le prisme de l’action située (échanges entre les individus impliqués dans l’action), parfois trop procédurale : si on ne regarde que ces espaces limités de concertation et qu’on ne sort pas des limites confinées des processus, les autres systèmes et les enjeux autour risquent de nous échapper.

La capacitation trouve son fondement à la fois dans un contexte socio-politique (inégalités sociales grandissantes) et scientifique (inégalités de bien être tiennent à la liberté d’action, Amartya Sen). Cette notion est fortement liée à une autre : celle de l’empowerment qui étudie les capacités de mobilisation contestataires. Est défendu l’idée d’une justice sociale autour de deux dimensions : celle du pouvoir et celle du processus d’apprentissage pour y accéder (Bacqué et Biewener 2015). De la même façon, cette catégorie d’action peut produire des inégalités puisque la mise en capacité se traduit dans les faits parfois par une mise en incapacité.

Premier point de discussion : composer avec les asymétries de pouvoir pour construire une vision commune et des fins partagées

Jacqueline Candau nous rappelle que la recherche pointe de façon assez précise des difficultés à conduire de l’action en commun, notamment en essayant de mobiliser l’ensemble des acteur·trice·s concerné·e·s par l’action. Même dans des processus qui se veulent très collaboratifs, participatifs, persistent des inégalités du droit à la parole et inégalités d’élaboration des points de vue. A ce titre, certain·e·s acteur·trice·s sont invisibilisé·e·s. En effet, quand on se demande qui participe réellement à la décision, on peut remarquer que bien souvent il s’agit d’acteur·trice·s déjà visibles c’est-à-dire qui sont déjà organisé·e·s et/ou identifié·e·s à l’échelle de l’action. A ce titre, Jacqueline Candau émet l’hypothèse que des mouvements comme l’innovation sociale ou le collaboratif peuvent être justement enfermant car ils ne mettraient en lien que des personnes ayant accès à la même ressource politique.

La construction de l’action en commun se fait à plusieurs niveaux et notamment à un niveau cognitif. Il est ainsi nécessaire de prendre en considération l’élaboration des points de vue différents. Ceci s’inspire des principes de l’éducation populaire. Pour aller plus loin dans cette définition collective de l’action, Jacqueline Candau propose l’article de Darré sur La recherche coactive des solutions (2006).

Quels outils existent pour favoriser l’expression, démocratiser l’espace ou encore rendre visible les invisibilisés ? Si de nombreux dispositifs de recherche ont été abordés lors de cette séance, en voici deux qui ont particulièrement retenus notre attention dans la mesure où ils intègrent une dimension opérationnelle forte. Ces deux méthodes sont développées par le Groupe d’Expérimentation et de Recherche : Développement et Actions Localisées (GERDAL) qui intervient dans le secteur du développement rural et du développement local :

  • la méthode de diagnostic des stratégies d’acteurs et de leurs positionnements. Elle s’apparente à une analyse politique : qui et où est-ce qu’on est instrumentalisé ? La méthode part du principe qu’on ne peut pas faire fît des rapports de pouvoir, en revanche la·le médiateur·trice, elle ou lui-même intégré·e dans ces rapports de force, peut les prendre en considération. Ici, la personne médiatrice est aussi catalysatrice dans le sens où qu’elle permet la capacitation c’est-à-dire qu’elle peut donner les moyens de contester ;
  • la méthode où les difficultés rencontrées sont retraduites en questions traitables (exemple : difficultés de maintenir l’élevage sur des zones humides devient comment faire pour continuer à vivre de l’élevage etc ;?). Ceci est une façon donc de formuler des questions invisibles et de favoriser les groupes de travail en évitant de reproduire les asymétries de pouvoir.

Une approche, qui pourrait sembler paradoxale dans un processus de concertation, peut être de mener les réflexions au travers de groupes « mono-acteurs » (c’est-à-dire composés uniquement d’agriculteurs par exemple sur un projet environnemental qui regroupe aussi des écologistes, des collectivités etc.). C’est une façon d’élaborer le point de vue par étape. La concertation « tous acteurs » aura plus de sens après. Sophie Michel par ailleurs dans l’analyse du PAT de Mulhouse apporte elle aussi une nuance : parfois ce qu’on croit être une vision « top-down » n’est pas uniquement une vision issue du haut. En effet, elle observe que si les résultats et les conclusions finaux sont délivrés « par le haut », ces mêmes résultats et conclusions sont en réalité le fruit des plénières précédentes, des réflexions dans les groupes de travail etc.

Enfin, nous avons à plusieurs reprises évoqué l’importance du rôle des acteur·trice·s dans la construction de l’action qu’ils soient facilitateur·trice.s ou médiateur·trice·s (Guineuf, 2006), sponsors ou manageur·se·s (Bootz, 2015) notamment dans la gestion des asymétries de pouvoir et de points de vue. L’équilibre reste à trouver entre s’engager pour porter la co-construction (que ce soit financièrement, humainement, etc.) mais s’avoir se retirer pour laisser se construire l’autonomisation des acteur·trice·s concerné·e·s.

Second point de discussion : le passage à l’échelle : essaimer, dupliquer, reproduire, diffuser ?

Nos discussions nous ont aussi amenés à débattre sur la question du passage à l’échelle. En effet, Sophie Michel positionne ses recherches en écho au concept d’innovation sociale (à l’aide de trois éléments descriptifs : le partenariat public-privé, le collectif multi-acteurs, la dimension territoriale). Des recherches font le constat du manque de travaux pour comprendre le passage à l’échelle supérieure de l’innovation sociale (Joly et al. 2013; Chiffoleau & Paturel, 2016). Le passage à l’échelle supérieure suppose une transformation des pratiques et des normes sociales.

Mais qu’entend-on par passage à l’échelle ? Qu’est ce qui est reproductible et qu’est ce qui ne l’est pas ? Où est-ce qu’on se situe dans ce qui est à reproduire ? Deux choses sont pour nous à distinguer dans l’élaboration collective d’une action (modes de réflexions) et l’action finie, le « produit ». Lorsqu’on réplique une action, est-ce qu’on réplique les bonnes pratiques ou alors le chemin qui a mené à cela ? On ne peut pas répliquer nous dit Jacqueline Candau dans la mesure où les actions collectives sont le résultat de synergies localisées et inédites. Par ailleurs, l’ensemble des exemples présentés montrent qu’avant tout, les dispositifs doivent s’adapter au contexte et parfois se redéfinir dans l’action : lorsque la concertation est bloquée par exemple.

Pourquoi ce besoin de répliquer ? Il y a une forme de confort en prenant directement un « produit fini », il n’y a pas de capacitation. Importance aussi du « chemin » de la réflexion commune. Est-ce qu’on ne serait pas dans une forme idéale de produit rêvé et exportable ? Cela étant dit, injonction politique actuelle à s’inscrire dans une forme de reproductibilité de modèles, et processus collectifs.

Il s’agit aussi d’un débat sémantique : est-ce qu’on parle plutôt de réplication, de duplication, d’essaimage etc. ? Sophie Michel propose le terme d’inspiration c’est-à-dire qu’on se situe plutôt au niveau de l’approche, soit la façon d’aborder les projets.

Enfin, l’élaboration d’actions collectives suppose de prendre en compte les différentes espaces dans lesquels évoluent les acteur·trice·s. En effet, il existe plusieurs échelles, plusieurs territorialités qui reposent sur des spatialités différentes, des normes sociales spécifiques etc. Dans l’intervention (de recherche ou opérationnelle), l’identification puis l’articulation de ces espaces est un vrai enjeu. La prise en considération de ces espaces qui s’imbriquent de façon plus ou moins cohérente permet souvent d’ouvrir le questionnement (recadrer la problématique de façon plus large, plus systémique) et ainsi de ne pas réactiver des asymétries de pouvoir.

Bibliographie

Bacqué M. H., Biewener C., 2015 [2013], « L’empowerment, une pratique émancipatrice ? », La Découverte Poche, 176 p.

Bacqué M. H., Sintomer Y. (éds), 2011, « La démocratie participative. Histoires et généalogies. » La Découverte, 320 p.

Bootz J.P., 2015, « Comment concilier auto-organisation et contrôle au sein des communautés de pratique pilotées? : une scoping review », Management International, vol 19, n°3, , pp. 15-30

Candau J., Ruault C., 2005, « Evolution des modèles professionnels en agriculture : scènes de débat, questions d’écologie et catégories de connaissances », Cahiers d’Economie et Sociologie Rurales 75, pp. 51-74.

Chiffoleau Y., Paturel D., 2016, « Les circuits courts alimentaires « pour tous », outils d’analyse de l’innovation sociale », Innovations, 50 (2), pp. 191–21.

Darré J.-P., 2006, « La recherche coactive de solutions entre agents de développement et agriculteurs », Editions du GRET, Paris, 112 p.

Guihéneuf P.-Y., Cauchoix F., et al. (éds), 2006, « La formation au dialogue territorial. Quelques clés issues d’une réflexion collective », Educagri Editions, 194 p.

Lanciano É., Saleilles S., 2011, « Le travail institutionnel du mouvement des AMAP », Revue française de gestion, 217(8), pp. 155–172.

Lawrence T. B., Suddaby R., Leca, B., 2009, « Introduction: Theorizing and studying institutional work », in T. B. Lawrence,R. Suddaby, & B. Leca (eds.), Institutional work: Actors and agency in institutional studies of organizations, Cambridge, UK, Cambridge University Press,  pp. 1-27

Livet P., 1997, « Les problèmes de constitution d’une action collective », in Boudon R., Bouvier A., et al. (éds), Cognition et sciences sociales, Paris, PUF, pp. 259-281.

Mann P., 1991, « L’action collective: mobilisation et organisation des minorités actives », Armand Colin, Paris, 155 p.

Neveu C., 2011, « Démocratie participative et mouvements sociaux : entre domestication et ensauvagement ? », Participations 1 (1), pp. 186-209. https://www.cairn.info/revue-participations-2011-1-page-186.htm


fti

La Fabrique des Territoires Innovants est le Do tank de l'ESS spécialiste de la collaboration. Par la combinaison de méthodes interdisciplinaires au sein de notre équipe, nous accompagnons les projets et organisations souhaitant placer la collaboration et l'innovation sociale au coeur de la démarche.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search