Séance 2 : Appréhender la collaboration par les pratiques 1/2. La collaboration dans les organisations.

Date : Vendredi 10 novembre 2017 , de 9h à 12h

Lieu : La Fabrique des Territoires Innovants, 7, square Max Hymans 75015 Paris

Intervenant.e.s :

  • Aurore Dandoy (PSL-Universtié Paris Dauphine),  » De l’amphi à l’ONU. La pratique collaborative, l’université comme point de départ pour transformer le monde »
  • François Silva (Dicen-IDF), « L’émergence de communautés virtuelles : quelles nouvelles pratiques et quelles régulations ? »

Description : Quelles formes prennent les pratiques collaboratives dans les organisations ? Les pratiques de collaboration en entreprise peuvent-elles être transposées dans d’autres contextes (université, communautés virtuelles) ? Au cours de cette séance nous interrogerons les mécanismes mis en place pour créer de la collaboration, mais également les mesures de régulation dans différents contextes.

Compte-rendu: 

Les pratiques collaboratives dans les organisations

François Silva (Dicen-IDF) s’est intéressé à la notion de bien commun (Ostrom 1990), leurs modes de gouvernance et leur pérennisation. La « tragédie des communs » – la surexploitation des ressources communes gratuites pour des profits individuels – invite à la réflexion autour de la gestion des communs, l’implication des différentes parties prenantes, et les modes de gouvernance. François Silva s’interroge sur les valeurs nécessaires pour pérenniser les biens communs. Comment l’économie sociale peut-elle se réapproprier la notion des communs ? Comment intégrer le « bien commun » dans le travail ?

A l’origine du mot « commun » se trouve la racine munus  (« devoir »), qui évoque les échanges dans une société, sous forme de don (la façon dont je m’implique) et de contre-don (ce que j’attend en échange). Cet échange de don et de contre-don crée des tensions et des frottements, et ne se fait donc pas sans régulation, que les communautés soient virtuelles ou physiques. Dans leurs construction, certaines communautés virtuelles mettent en avant la notion de bien commun, mais la gestion des décisions ne peut toujours se faire par consensus et nécessite des mesures de régulation.

Dans sa thèse, Aurore Dandoy (PSL-Université Paris Dauphine) analyse l’animation des espaces de coworking par les « community manager », littéralement des managers de communautés, ainsi que le fonctionnement des communautés qui se créent dans ces espaces. Ses recherches l’ont menée dans et en-dehors de l’université, qu’elle nous invite à regarder comme une forme d’organisation qui contient plusieurs formes d’organisation en son sein. Les chercheur.se.s sont aussi des travailleur.se.s, qui transmettent des pratiques et participent à transformer le monde. Le réseau RGCS (Research Group on Collaborative Spaces) est né de l’envie de transmettre la recherche à la société, en trouvant de nouvelles façons de travailler et de coproduire la connaissance. Le RGCS a 16 chapitres à l’international.

Les universités enseignent la théorie des organisations, mais se servent aussi de la collaboration pour enseigner et travailler. Aurore Dandoy s’est intéressée à l’émergence des pratiques collaboratives (de Vaujany 2016), qui ont émergé dans les communautés religieuses dès le IIIe siècle par l’enfermement dans un espace et dans un temps déterminés. A ces premières formes « proto-bureaucratiques » s’ajoutent à partir du XIIe siècle les guildes et les corporations, qui étendent l’espace dans lequel s’effectue le don et le contre-don vers l’extérieur. Avec la révolution industrielle les tiers lieux, ces lieux autres que l’usine et le domicile (comme les auberges) prennent toute leur importance. Aujourd’hui, le terme de tiers-lieu fait écho à une multiplicité de lieux, divers tant dans leur organisation que leur gestion.

Entre coworking et tiers-lieux

Les pratiques collaboratives n’impliquent pas seulement de travailler ensemble mais aussi de vivre ensemble, et se construisent autour de l’activité principale des tiers-lieux : converser. Des pratiques telles que le co-living ou des espaces comme les librairies café (O’Brien 2011) rendent difficile une définition unique de ces lieux. D’autant plus que ces espaces sont fortement marqués par la personne qui les crée, ce qui produit des attentes et des pressions fortes, notamment lorsque les fondateur.rice.s se retirent du projet. Cependant, comme nous l’avons souligné lors de nos échanges, le tiers-lieu est plus qu’un espace, voué à évoluer, même si les déménagements peuvent générer un flou ainsi que des interrogations émotionnelles et rationnelles des coworker.euse.s, comme dans le cas de La Ruche.

Dans les espaces urbains face à la pression immobilière, et dans les espaces ruraux pour redynamiser les centres bourgs, les tiers-lieux prennent de multiples formes. Les églises par exemple, peuvent être réinventées en tiers-lieux, redéfinissant ainsi leur rôle au service du bien commun matériel et immatériel. Cependant la collaboration est difficile autour de cette thématique, et la nécessité d’une personne qui anime et fait la médiation se fait sentir. Les architectes peuvent jouer le rôle d’organisation des communautés afin de redonner un rôle central aux églises tout en prenant en compte les besoins d’aujourd’hui.

L’exemple des églises soulève de nombreuses questions quant à la définition des tiers-lieux. Quelle est la différence entre un tiers-lieu et la transformation d’un lieu en un nouvel espace ? Qu’en est-il des espaces de coworking ? Sont-ils définis par le lieu ou par ce que l’on y fait ? Par le prix à l’entrée ? Il n’existe pas de définition claire dans la littérature de gestion. Est-ce une pratique ? Un lieu ? Une communauté ? Les tiers-lieux sont une réalité liquide (Bauman 2013) que l’on ne sait pas caractériser, et que chacun.e manipule à sa guise en fonction des paramètres d’entrée utilisés.

Pour Aurore Dandoy, les espaces de coworking seraient une forme alternative de tiers-lieu, un « espace de travail collaboratif ». Son expérience en tant que community manager de deux espaces de coworking lui a permis de construire une vision concrète de ce qu’implique l’animation de ces espaces au quotidien. Dans les espaces de coworking, la collaboration n’est pas forcément visible. Parfois seul le lieu de l’activité permet de faire une différence entre enseignement, échange de pratiques et travail collaboratif. Ce flou volontaire dans la définition est ancré dans l’ADN des tiers-lieux, comme nous l’avions discuté lors de la précédente séance du séminaire. Il explique aussi le succès actuel de ces espaces, qui disposent d’une marge de liberté pour s’inventer. Les tiers-lieux se définissent par la non finitude de leur programmation, leur permettant d’étendre leurs fonctions. Ces espaces ont pour vocation de donner à chacun.e les outils de son autonomie, dans un esprit non compétitif. Ce dernier critère n’est pas toujours applicable aux espaces de coworking, puisque les coworker.euse.s ont l’enjeu d’aller chercher des client.e.s, ce qui peut aussi les mettre en concurrence si plusieurs personnes ont la même activité.

Au cœur du projet de coworking se trouve l’envie de développer le lien social, même si la proximité géographique de son lieu de travail a également son importance. Comme pour les fablabs et makerspace (voir séance 1), la question de l’inclusion se pose pour ces espaces : est-ce que les personnes qui les habitent son différentes ? Est-ce que le fait de travailler dans ces mêmes espaces les homogéinise ? Très peu de lieux sont accessibles aux personnes en situation de handicap par exemple.

Collaboration, consensus et dissensus dans l’entreprise

La promesse des espaces de coworking est d’être plus qu’un lieu de travail en apportant du « covivre » au sein de leur espace. Ce sont des lieux qui hackent le management, et nous montrent que le travail peut être autre chose que ce qu’on en fait aujourd’hui. Remettre de l’humain c’est rendre le travail plus vivable, mais comment cet idéal se transpose-t-il dans le monde de l’entreprise ? Les capacités sociales sont de plus en plus mises en avant dans les compétences sociales professionnelles. Les personnes viennent dans les tiers-lieux quand elles veulent partager ces aspects humains, mais cela peut être très engageant dans le milieu de l’entreprise. Pour François Silva, toute la question du collaboratif en entreprise est intimement liée à son statut, qui permet ou non la mise en place de processus de décisions horizontaux. Cette question est d’autant plus criante dans le domaine de l’économie sociale et des SCOP, qui ont des valeurs de partage et de coopération, mais qui sont liées par un statut juridique, où les décisions sont prises par les propriétaires.

Or, le collaboratif implique de dépasser le langage de « management » et d’inventer un vocabulaire mais aussi un statut juridique nouveau. La littérature des sciences de gestion elle-même est obsolète pour décrire les nouveaux processus à l’œuvre dans les entreprises. Si l’on se pose ces questions aujourd’hui, c’est parce que les nouvelles technologies permettent de détacher le travail de l’entreprise, et de travailler à distance. Ces outils nouveaux font émerger des besoins nouveaux et appellent à l’expérimentation de nouvelles pratiques à la fois pour les salarié.e.s et les managers. Comment manager des personnes qui travaillent à distance ? Peut-on imposer le travail à distance ? Ces questionnements impliquent de nouveaux modes d’organisation des présences et des absences, mais aussi du design de l’espace de travail (bulles pour s’isoler, un espace ouvert par étage, etc.).

Comme dans le cas des tiers-lieux, en entreprise le lieu seul ne peut jamais être simplement une nouvelle façon de travailler. Si l’open space n’est pas accompagné de nouvelles pratiques et de nouvelles relations, il reste un simple espace décloisonné. Or le lien entre l’espace et la personne est intime et culturel (Hall 1978). Les open spaces ne permettent pas toujours de poser ses limites personnelles et individuelles. Ce qui permet de construire les communautés c’est le vivre ensemble (Ordine 2013), pas uniquement le travailler ensemble. Les nouveaux modèles de travail se créent sur un fragile équilibre entre consensus et dissensus, une concordance-discordance qui impose le dialogue. C’est donc le tâtonnement qui est privilégié, car il n’existe pas de modèle type de tiers-lieu, même en entreprise. C’est justement leur singularité qui permet leur fonctionnement.

Bibliographie :

Breton, Philippe 2012 Le culte de l’Internet. Une menace pour le lien social ? Paris: La Découverte.

Fabbri, J. & Charue-Duboc, F. (2013) Un modèle d’accompagnement entrepreneurial fondé sur des apprentissages au sein d’un collectif d’entrepreneurs : le cas de La Ruche. Management International, 17(3), p.86-99.

Hall, Edward T. 1978, La Dimension Cachée Paris: Seuil, 256p.

O’Brien, M. (2011) Finding a home for the “digital nomad”. New forms of identity and work in relation to mobile media and public space. Link

Ordine, Nuccio 2013 De l’utilité de l’inutile. Manifeste. Les Belles Lettres, 236p.

Ostrom, Elinor, 1990, Governing the commons: The evolutions of institutions for collective action, New York, Cambridge Univ. Press.

RGCS 2016, « Coworkers, makers and hackers in the city: Reinventing policies, corporate strategies and citizenship? »Under the direction of de Vaujany. White paper of Research Group on Collaborative Spaces. Link.

Silva, F. et Ben Ali, A. (2010). Emergence du travail collaboratif : Nouvelles Formes d’Organisation du Travail. Management & Avenir, 36,(6), 340-365 Link

Silva, François et Igalens J. 2012 Etre e-DRH Postmodernité, nouvelles technologies et fonctions RH, Liaisons, 224p.

Silva, F. et Lacan A. (2015), Le management à l’ére numérique, Futuribles, septembre Link

Spinuzzi, C. 2012, « Working alone together: Coworking as Emergent Collaborative Activity ». Journal of Business and Technical Communication 26(4): 399-441.

de Vaujany, François-Xavier 2016 Théorie des organisations, Economica, 592p.

Wittorski, Richard 2007 Professionnalisation et Développement Professionnel, Paris : L’Harmattan, 190p.

 


fti

La Fabrique des Territoires Innovants est le Do tank de l'ESS spécialiste de la collaboration. Par la combinaison de méthodes interdisciplinaires au sein de notre équipe, nous accompagnons les projets et organisations souhaitant placer la collaboration et l'innovation sociale au coeur de la démarche.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search